Atelier Poésie/Traduction : Flaubert, extrait d’Un Cœur Simple

Stratochromatisme portais

Cet atelier mensuel d’échanges franco-japonais sur la poésie, la littérature et l’esthétique est libre d’accès. Il est gratuit.
Il se déroule chez moi à Kyôto (5mn de l’arrêt de bus Ginkakuji Michi).
C’est la raison pour laquelle les personnes qui voudraient y assister pour la première fois devront impérativement me contacter au préalable : barbery@gmail.com

La langue de l’atelier est le français. Toute personne, quel que soit son niveau de français, peut y participer.

La séance prochaine sera consacrée à un extrait d’Un cœur simple de Flaubert.

Le principal divertissement était le retour des barques. Dès qu’elles avaient franchi les balises, elles commençaient à louvoyer. Leurs voiles descendaient aux deux tiers des mâts, et, la misaine gonflée comme un ballon, elles avançaient, glissaient dans le clapotement des vagues, jusqu’au milieu du port, où l’ancre tout à coup tombait. Le bateau se plaçait contre le quai. Les matelots jetaient par-dessus le bordage des
poissons palpitants, une file de charrettes les attendait, et des femmes en bonnet de coton s’élançaient pour prendre les corbeilles et embrasser leurs hommes.

Après avoir traduit ce court passage, nous tenterons d’établir des liens entre l’esthétique et les procédés utilisés par Flaubert, et l’art japonais.

Liens :