何となう死に来た世の惜しまるる

Kôyasan : ni un dimanche, ni en voiture - 34

Pour la troisième fois, je reçois par mail une demande de la version japonaise de ce haïku de Natsume Sōseki :

Sans
savoir
pourquoi
j’aime
ce monde

nous venons
pour
mourir

Voici le texte trouvé que j’ai pu trouver. Sans garantie.















Par pitié, ne vous le faites pas tatouer : si vous souhaitez le porter, pensez à un bijou ou à un vêtement…